MENU
Vous êtes ici : Accueil > Actualités > Vaincre les phobies grâce à l'hypnose

Vaincre les phobies grâce à l'hypnose

Le 15 mai 2014
Vaincre les phobies grâce à l'hypnose

Claustrophobie, agoraphobie, arachnophobie, phobie sociale, … et bien d’autres encore, la liste des phobies est longue. Il y en a autant qu’il y a de déclencheurs, et en fonction de cela, on va donner un nom différent à la phobie. Une phobie est pourtant un trouble assez courant : 10 à 20  % de la population serait atteinte d’une phobie. L’hypnose va permettre de travailler sur l’inconscient pour changer la perception de la peur et revenir ainsi à une vie normale.

Symptômes d’une phobie

Qu’est-ce qu’une phobie ? Une phobie est une peur excessive, intense, irrationnelle d’un objet, d’une situation ou d’une activité. Elle est déclenchée par un stimulus bien identifié (chien, araignée, hauteur, foule, insectes, rongeurs, sang …) et est souvent accompagnée de crise de panique voir même d’évanouissement. Pourtant, ces déclencheurs ne sont pas systématiquement des générateurs de peurs pour la plupart des gens. Pour pouvoir parler de phobie, il faut que la peur soit répétitive et systématique. Une grosse frayeur ressentie une seule fois seulement n’est pas, à proprement parler, une phobie. Il faut donc que l’exposition au déclencheur provoque systématiquement la peur avec une intensité hors norme. Les phobies empêchent la personne de fonctionner normalement dans sa vie. Parfois, le phobique peut vivre un véritable enfer et se refermer complètement sur lui-même, coupé de toute vie sociale. Par exemple, une personne qui a la phobie des aiguilles peut mettre sa santé en danger si elle refuse tout traitement médical impliquant des prises de sang ou des piqures ou encore une personne phobique des insectes peut s’interdire les joies du jardinage et des promenades dans la nature.

La phobie sociale

La phobie sociale est différente des autres phobies. Elle toucherait 4 à 5 % de la population. La phobie sociale est une peur intense et excessive par rapport à l’autre : peur du jugement de l’autre, peur du regard de l’autre, peur du rejet, de la critique, … voire même peur du contact physique, de l’intimité, du rapprochement de l’autre. Cette phobie ne touche pas nécessairement tous les domaines de la vie de la personne, parfois, c’est uniquement le cadre professionnel qui semble être affecté : jugement de l’autre sur son travail, peur d’aller demander une augmentation, peur de prendre la parole lors d’une réunion, … On peut facilement comparer le niveau de souffrance d’une personne souffrant de phobie sociale à celui d’une personne dépressive.


Comment l’hypnose agit-elle ?

En fait, une phobie est tout simplement une mauvaise association de l’inconscient avec le déclencheur. En dissociant le déclencheur de l’émotion associée à l’événement, on peut faire disparaître tout simplement la phobie. Mais parfois, ce n’est pas si évident qu’il n’en parait. Un stress refoulé depuis très longtemps peut surgir dans la vie de la personne sous forme de phobie ou panique plus tard, ce qui rend l’identification assez compliquée. Souvent la personne a occulté certains traumatismes de l’enfance, et donc, une régression dans le passé est souvent nécessaire pour rechercher l’état émotif qui a déclenché la phobie et dissocier celui-ci de l’inconscient. On va donc reprogrammer l’inconscient de manière positive, lui expliquer qu’il a fait une mauvaise association et rétablir la communication corps – esprit. Plusieurs séances d’hypnose sont souvent nécessaires à la résolution du problème, il n’est pas rare qu’il y ait d’autres problèmes sous-jacents et que des séances supplémentaires soient demandées.

Pour tout renseignement, n’hésitez pas à me contacter par la rubrique contact ou par téléphone.